La perte de repère du Chercheur d’Emploi on en parle ?

La perte de repère du Chercheur d’Emploi on en parle ?

Cet article s’adresse à tous les Chercheurs d’Emploi (ouvrier, manutentionnaire…) et non uniquement aux métiers de la communication, du marketing, du digital, certes plus nombreux sur les réseaux sociaux j’en conviens.

La perte de repère du Chercheur d’Emploi c’est quoi ?

Ce moment où le chercheur d’emploi ne sait plus où il en est.

A quoi on le repère ? il ne sait plus où chercher, où trouver, comment chercher, comment trouver un emploi.

Que faire ? Que dire ? Quoi écrire ? pour décrocher un simple entretien

Ce moment où il est prêt à tout, et en même temps plus prêt à rien, pour se sortir de l’ornière.

 

En ai-je rencontré ? non rectification j’en rencontre trop souvent

C’est aussi le résultat de mauvaises rencontres, de mauvais conseils, d’accidents de la vie…peu importe il en est là.

perte de repère - a3cv - a3conseil

 

Alors que faire ?

Reformuler son argumentaire :

Valider qu’il soit en adéquation avec la cible visée, on ne construit pas le même argumentaire face à une PME, à un groupe ou un cabinet de recrutement qui ne dira rien sur son client.

Cela ne veut pas dire faire un pitch, mais avoir un discours, autour de son parcours, qui parle à l’interlocuteur qui est en face de vous, et surtout qui soit cohérent.

 

Soyez efficace : Parfois j’écoute des candidats et je m’entends dire « et alors ? en quoi tout cela est en lien, ou apporte quelque chose, sur le poste qui est proposé ? »

A vous de faire le lien avec votre passé professionnel et le poste proposé, mais se raconter pour se raconter cela ne fait pas avancer.

Faites un parallèle « cette situation que j’ai rencontré chez X me semble proche de la situation décrite dans votre offre, ou dans ce que vous venez de me décrire de la structure… » c’est un exemple bien sûr.

 

Cibler : cibler les entreprises celles qui vous plaisent et non celles qui pourraient vous payer. J’entends, et je lis, des désirs de bien-être au travail, et je vois, pour autant, ces mêmes candidats postuler auprès des rouleaux compresseurs. La raison : le CDI, le salaire, les avantages…

 

Rédigez des candidatures spontanées c’est ce qui fonctionne le plus et là, cela vous laisse le droit de peaufiner votre ciblage.

 

Travailler sa gestion des émotions y compris à l’écrit : je vois de plus en plus de candidats répandant leur colère (justifiée) ici et là avec parfois un vocabulaire haut en couleur. De l’agacement ressenti aussi dans les mails de candidature, avec profusion de !!!! et de Majuscules.

Attention c’est un peu se tirer une balle dans le pied.

Est-il utile et constructif de cracher sa colère sur les réseaux sociaux, son dégoût des patrons, des recruteurs quand on sait que 85% des recruteurs font des recherches sur les candidats ?

Sur un poste à responsabilité et/ou en charge de la visibilité de l’entreprise, pensez-vous qu’avec de tels propos l’employeur soit rassuré ? Ce que vous dites d’untel aujourd’hui lui fait peur sur votre capacité à maîtriser l’impact du numérique, de ses dérapages et j’en passe… Il a du mal à vous imaginer en ambassadeur.

N’oubliez pas que faire le buzz, ici ou là, aura pour résultat d’avoir un article qui va vivre longtemps, qui sera bien référencé et que Google, Firefox, ou Qwant nous affichera en première page donc…

 

Alors que faire ? se taire ? ne pas dénoncer des pratiques d’un autre temps ? Non trouver vous un interlocuteur sûr, un être humain, quelqu’un qui pourra comprendre et recevoir votre colère, votre dégoût mais jouer à #balancetonrecruteur ne fera pas avancer votre propre situation.

 

La gestion du stress est un des facteurs clés dans le recrutement car tous les postes sont soumis à une pression plus ou moins permanente, ou récurrente. Donc c’est un point qui est plus étudié que l’on ne le pense.

J’en entends déjà certains crier « c’est n’importe quoi je dois aussi être naturel, je suis ce que je suis… » ok mais si c’est too much cela va peut-être bloquer non ? et peut-être est-ce la raison pour laquelle on ne vous a pas gardé, renouvelé, ou coopté non ?

Je dis juste que la modération c’est pas mal aussi, et puis il faut laisser un peu de choses à découvrir à votre futur employeur, vos coups de gueule auront leur place sur votre poste croyez-moi.

Maintenant mettez-vous à la place de la personne qui vous trouve sur les réseaux, qui parcoure votre actualité, votre jolie photo de profil, votre joli sourire et vos propos de « rageux » dans vos nouvelles ou vos commentaires… oups.

 

Il est temps de se détendre, de ne pas se mettre sur la défensive dès la prise de contact, et surtout de ne pas généraliser.

Les demandeurs d’emploi ne cessent de dire qu’ils en ont assez d’être mis dans le même sac mais certains font de même avec les dirigeants, les recruteurs #tousdesmenteurs #prennenttoutlemondedehaut

 

Pour réussir votre retour à l’emploi, il faut vous canaliser sur :

1 – vos outils

2 – votre méthode

3 – votre énergie.

J’utilise avec les candidats qui travaillent avec moi un cahier « descriptif du poste idéal » cela permet de poser ses envies les plus folles, ses désirs, d’oser les écrire, et après mettre cela en face de la réalité du marché, de ses capacités physiques, intellectuelles, matérielles et financières, et de se recentrer sur ce qui atteignable. C’est du concret et cela fait du bien. Voilà c’est juste une idée 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *